L'Enclos

Nous ne le répèterons jamais assez: pour éviter tout problème sanitaire et/ou génétique, il convient d'élever chaque espèce dans un enclos respectif.

UNE ESPECE = UN ENCLOS

L'espace de vie est le facteur primordial pour un développement harmonieux de votre tortue. Un enclos n'est jamais trop grand, il doit en revanche être correctement équipé.

Que vous optiez pour une clôture en grillage, en bois, en parpaings ou à base de tous autres matériaux, pensez toujours à ce qu'elle soit parfaitement opaque, afin de ne pas tenter la tortue par une envie obsessionnelle d'aller voir au-delà de l'enclos.

Ainsi, les clôtures en grillages sont les moins recommandables, il faudra dans ce cas les doubler par une barrière visuelle (rouleau de rondins, planches, dalles de pierres).

La partie supérieure de la clôture devra former un rebord rentrant, afin d'éviter tout risque d'évasion.  

Les plantations à l'intérieur de l'enclos devront être aménagées de telle manière qu'une zone d'ombrage et une zone lumineuse soient alternativement disponibles pour les tortues.

Il faudrait récréer, dans la mesure du possible, l'aspect du biotope d'origine de l'espèce hébergée et planter des essences présentes dans la zone de répartition naturelle de la tortue que vous élevez. 

 

Les végétaux plantés ne doivent pas se développer à outrance aux abords même des clôtures, ils pourraient vite devenir de vrais escalators en cas de croissance rapide... N'oublions pas que les tortues sont plus agiles qu'on ne les soupçonne.

Un point d'eau ou plusieurs points d'eau doivent être aménagés et fournir de quoi désaltérer vos animaux en quantité suffisante.

Les enclos des jeunes tortues dont le poids est inférieur à 120 grs devraient être équipés de couvertures grillagées afin d'éviter la prédation.

Il faut veiller également à fournir de nombreux abris et cachettes, sous forme de cabanes aménagées en correspondance avec les besoins de l'espèce, avec des lièges, ou des monticules de pierres bien stabilisées. Un gros tas d'herbes tondues est également très apprécié pendant les mois chauds, les tortues y creusent des galeries pour se protéger.

Il est prudent d'envisager un ou plusieurs drains pour permettre d'évacuer facilement et rapidement les eaux de pluie lors des violentes averses.

Des dénivelés sont bien utiles pour les tortues, n'hésitez pas à créer des buttes et des monticules, à déposer des souches pour former des obstacles.

Quelle que soit votre construction, veillez à vérifier sa robustesse et son état d'usure régulièrement, et particulièrement avant l'hibernation, afin de réparer toute faiblesse avant l'évasion de votre animal.

Enfin, vous pouvez envisager au sein de l'enclos une zone de culture fourragère qui sera ouverte ou close en fonction du rendement. Laissée en jachère et close pendant le temps de pousse, cette zone (une fois ouverte) sera un vrai garde-manger naturel aux périodes propices et une source alimentaire incomparable.

Pour cela, pensez suffisamment tôt à commander Les Graines

 

Christian pour
La Tortue Soleil

Notre amie Marie-line, membre actif de LTS, nous livre son message de mise en garde:

NOS JARDINS : Un Danger pour nos tortues ?

 Pleure

 

Et si c’était le cas ? Et si ça le devenait ? Autant se poser les bonnes questions, car il vaut toujours mieux prévenir que guérir :

En 10 points, revenons sur les bases essentielles de nos élevages

Localisation de l’enclos :

Vérifier qu’il est construit dans une zone non inondable.                                                            

En cas de fortes pluies et sans drain, l’eau peut monter à plus de 5 cm et sera un piège pour votre tortue qui risquera alors de se noyer.

Etroitesse et petitesse des enclos :

L’animal ne pourra pas évoluer à son gré, se dépenser correctement et choisir alternativement entre un endroit pour s’insoler et un autre pour s’abriter. Son seul but sera de s’échapper. Plus l’enclos sera grand et plus votre tortue pourra se protéger des grandes chaleurs comme des pluies ainsi que des assauts des mâles.

Mauvaise exposition de l’enclos :

L’enclos nécessite une bonne exposition au soleil.                                                                    

La tortue a besoin de se thermo-réguler et l’ensoleillement de l’enclos doit couvrir un minimum de 8h par jour. Peu  importe si le soleil tourne, la tortue suivra. N’oublions pas que les UVB dispensés par les rayons du soleil lui permettent de synthétiser le calcium nécessaire à une bonne croissance.

L’enclos doit bénéficier aussi de zones d’ombre, dispensées par des plantes ou petits arbustes, sous lesquels elle pourra se protéger en cas de grandes chaleurs.

En résumé:                                                                                

Trop de chaleur = étouffement et déshydratation                                                                       

Pas de soleil = mauvaise calcification, ainsi qu’un risque de rhinite.                                    

L’un comme l’autre entrainant la mort de l’animal

Enclos mal sécurisé :

Un enclos doit avoir une hauteur d’environ 30 cm. Aucun matériel, ni pierre, ne doit être adossé à l’enclos sinon la tortue pourrait s’en servir comme d’un promontoire pour se sauver.

Elle escaladera aussi bien un grillage que des pierres entassées. Elle est programmée pour cela dans sa vie sauvage.

L’enclos doit être bien fermé, le moindre petit trou attirera son attention et elle aura tôt fait de passer à travers.

Pour les plus jeunes (moins de 6/7 ans) un « couvercle » grillagé les protègera d’un éventuel prédateur.

Enclos mal équipé :

La tortue a besoin de se cacher pour dormir, elle appréciera une petite cabane (par exemple caisse à vins en bois, retournée), une souche, une tuile retournée, une grotte de pierres…  elle se sentira protégée sous ces abris exigus.

Un point d’eau est nécessaire :

Malgré une lointaine légende qui persiste pourtant chez beaucoup de gens, une tortue boit et aime se baigner. Un point d’eau (couvercle de bocal pour des bébés ou dessous de pot pour des plus grandes) est absolument nécessaire, mais attention à la noyade ! Cet abreuvoir sera rempli de graviers pour qu’elle puisse prendre appui dessus avec ses griffes et se remettre sur pattes en cas de retournement accidentel.

De même, des pierres, souches, seront posées non loin des angles de l’enclos, pour lui permettre de se rétablir en cas de retournement . Une tortue ne peut pas rester plus de deux heures sur le dos, car les poumons qui sont juste dessous seront comprimés sous le poids de ses organes digestifs et c’est la mort assurée. La mort surviendra encore plus rapidement si elle se retourne en plein soleil (moins de 2h).

Egalement, ces pierres et souches lui permettront d’user ses griffes naturellement.

Les prédateurs :

Ils sont nombreux dans nos jardins : pies, rats, corneilles, fouines…

Les plus jeunes seront des proies faciles, une pie peut les manger sur place mais elle est capable aussi de les emporter pour les manger ailleurs, idem pour un rat …  c’est pour cela qu’il faut privilégier un enclos bien protégé au-dessus pour les plus jeunes tortues.

Les adultes ne sont pas à l’abri d’une attaque de rats, surtout à la sortie d’hibernation où la tortue se déterre lentement. Etant encore léthargique, elle n’a aucun moyen d’échapper à la prédation. Il est possible de mettre des pièges à rats comme des nasses, mais attention aux poisons qui  contamine l’animal qui une fois mort, pourrait être consommé par une tortue ou un autre animal (chat, hérisson, renard...) et l’empoisonner à son tour.

Nos chiens sont aussi des prédateurs. Ils voient en nos tortues des os à 4 pattes. Quel plaisir pour eux de ronger cette carapace. Les dégâts sont violents et la tortue peut en mourir. 

La tortue est en liberté dans votre jardin :

Attention où vous mettez les pieds, vous pourriez la blesser gravement.

Attention au moment de la tonte, elle pourrait être scalpée par la tondeuse. Ayez le réflexe de la rechercher avant ce travail et de la protéger.

Si votre voiture est rentrée sur un parking, ou dans un garage dans la propriété, recherchez-la avant d’y entrer, vous pourriez l’écraser.

Le portail mal fermé sera une aubaine pour une grande vagabonde comme elle. Elle peut marcher des kilomètres avant que vous ne vous rendiez compte de son absence.

Dans l’absolu, ces précautions ne sont pas nécessaires si vous faites vivre votre tortue comme il convient, c’est-à-dire dans un enclos privatif où tous les engins mécaniques n’ont pas leur place.

La nourriture :

Elle ne doit pas manger de pâtes, de pain, de laitages, de viande. Car même si elle est friande de tous ces mets qu’on a envie de lui proposer, ils sont néfastes pour son organisme. Les salades du commerce ne lui apportent rien de nutritif mais seulement de l’eau. Les fruits apportent trop de sucre…une fois pas semaine est largement suffisant.

Pour le bien de notre animal, il faut penser que dans la nature elle ne rencontre pas ces aliments, mais uniquement des herbes « sauvages » : pissenlit, trèfle, plantain, liseron, laiteron… la liste est longue et elle saura parfaitement ce qui est nécessaire à son organisme.

Elle est capable d’identifier une herbe ou plante toxique et ne devrait pas y goûter (toutefois, une tortue affamée pourrait manger une telle plante et s’intoxiquer).  Aprenez à identifier ces poisons, comme l’oxalis, le séneçon, l’euphorbe…  et bien d’autres.

Dangers pendant l’hibernation :

Privilégier une hibernation naturelle dans le jardin.

Les tortues choisissent leur endroit, mais selon votre région, il vous faudra protéger cet endroit du froid et gel qui pénètrent dans la terre. Par exemple en posant une cabane au dessus d’elles, et en rajoutant une serre encore par-dessus pour les régions très froides.

Privilégier une litière de feuilles mortes plutôt que la paille et le foin, qui pourrissent et font se développer des champignons qui peuvent contaminer la carapace de l’animal.

Ne faites surtout pas hiberner les tortues dans des caissons ou des jardinières de fleurs. Le gel ou l’excès d’eau de pluie pourrait les tuer.

Elles doivent hiberner dans un endroit où les températures ne descendent pas en dessous de 0 ou 1°C. En jardin, dans nos régions, à 10cm de profondeur environ, la température ne descend pas en dessous de 0°…ou très rarement.

Inversement, les températures ne doivent pas excéder les 8°C sinon les tortues se réveilleront, s’épuiseront et mourront.

Certains détenteurs de tortues ont des jardins qui ne permettent pas l’hibernation des tortues, inondations possibles, terre glaise, très argileuse. Il faudra privilégier le caisson rempli de terre et « remisé » une fois que la tortue dort, dans un endroit aux températures sus visées.

Un vide sanitaire pourra aussi faire l’affaire. Dans ces conditions, il faut penser à arroser le caisson de temps en temps pour simuler les pluies hivernales et ainsi hydrater l’animal. Le printemps arrivant, le caisson sera surveillé, voire déplacé dans un endroit progressivement plus « chaud » et dés le réveil, les tortues retourneront dans leur enclos.

Pour finir, n’oubliez pas que

LA PREVENTION EST LA MEILLEURE ACTION QUI SOIT.

 

 

Marie-Line pour La Tortue Soleil

Avec la participation de : tortues-actions.naturalforum.net

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

25.04 | 19:13

Si vous voulez une chance que la plante atteigne la 2ème paire de feuilles, je vous conseille de planter en dehors du parc Elles sont voraces LOL

...
25.04 | 19:06

Bon de commande envoyé sur votre email.
Cordialement

...
13.04 | 14:00

Bonjour,
j'ai une pélomédusa,le propriétaire n'en veut plus et je ne peux pas la garder. Ou serait-elle heureuse ?
j'habite le Var.
merci

...
09.04 | 13:48

bonjour petite question faut il planter directement dans l'intérieur du parc de ma tortue ou en exterieur ?

...
Vous aimez cette page