La Cistude (Emys orbicularis)

 

ORIGINE ET HABITAT NATUREL

L'aire de répartition de la Cistude d'Europe s'étend de la péninsule ibérique à l'ouest jusqu'à la mer d'Aral à l'est, des pays Baltes au nord, au Maghreb au sud.

En France, il ne reste que quelques foyers de populations très isolés les uns des autres : dans le centre (Brenne), en Rhône Alpes (certaines parties de la vallée du Rhône), sur le littoral charentais, en Aquitaine, Poitou-Charentes, sur le littoral méditerranéen et en Corse. Les deux noyaux importants du Midi sont la Camargue (et ses marges) et le massif des Maures.

Elle fréquente les zones humides, les eaux stagnantes ou à cours lents, pérennes ou temporaires, mares, étangs, lacs, marais, ruisseaux, rivières, fossés, canaux. Elle vit dans l'eau douce ou saumâtre. Elle apprécie les fonds vaseux (d'où son autre nom de "tortue boueuse") et la végétation aquatique abondante qui fournissent nourriture et abris en quantité. Son territoire peut s'étendre sur près de 10 hectares de zone humide. Pour prendre ses bains de soleil, elle recherche activement les troncs d'arbres flottants, les branches basses de tamaris en berge. La sauvegarde de la Cistude d'Europe passe nécessairement par la préservation des zones humides.

C'est un animal très discret et assez farouche qui plonge au moindre mouvement. Elle se regroupe en une dizaine d'individus et avec de la patience, on peut les observer se chauffant sur des souches ou des rochers.

Elle hiberne sous l'eau dans la vase de novembre jusqu'en mars de l'année suivante. 

DESCRIPTION

C'est une tortue de petite taille, en moyenne 16 cm pour les mâles et maximum 20 cm pour les femelles et comme pour la taille, le poids est largement plus élevé chez les femelles : celles-ci peuvent peser jusqu'à 1,3 kg contre seulement 600 g pour les mâles.

La tête, le cou, les pattes et la queue sont noirs ponctués de taches jaunes. Les pattes sont palmées, avec de fortes griffes qui facilitent les déplacements dans l'eau comme sur terre. La carapace est ovale et peu bombée, de couleur vert olive à noir, fréquemment ornée de points ou stries jaunes.

La face ventrale (plastron) est plutôt claire avec quelques motifs noirs. La queue est assez longue, même pour les femelles. Les jeunes individus et les femelles ont les yeux jaunes tandis que les mâles ont les yeux rouges.

La Cistude peut vivre une cinquantaine d'années, certaines pourraient atteindre le siècle.

REPRODUCTION

Les mâles deviennent plus agressifs et leurs yeux sont plus rouges qu'à l'ordinaire. Entre mi-mai et début juillet a lieu la ponte qui sera d'environ 8 oeufs. La femelle quitte le milieu aquatique pour aller pondre sur la terre ferme (parfois jusqu'à 800 mètres de la rive).

Elle choisit un site de ponte approprié comme des prairies et landes sèches, des buttes de terre, des bords de chemin tous bien exposés au soleil et non inondables. La Cistude creuse alors un trou pour y déposer ses oeufs puis le rebouche. Lorsque la terre est trop dure pour creuser, elle va l'humidifier grâce à de l'eau qu'elle aura stockée dans deux cavités abdominales capables de contenir 10 centilitres.

Les nouveau-nés naissent 3 mois plus tard et pèsent 5 à 6 grammes mais peu arrivent à l'âge adulte à cause de nombreux prédateurs : hérons, putois, corbeaux, renards, pies, fouines, hérissons, rats, sangliers... A la naissance, leur carapace est encore toute molle : elle est donc très vulnérable.

Elles atteignent la maturité sexuelle tardivement. En Camargue, les mâles se reproduisent à partir de 6 ou 7 ans, les femelles vers 7 ou 8 ans.

MENACES ET MESURES DE CONSERVATION

Le fort déclin de la Cistude d'Europe est dû à deux principaux facteurs:

- Sa consommation par les populations (jusqu'au début du 19ème siècle dans le sud de la France).

- La pollution et les activités humaines : la canalisation ; le bétonnage et la pollution des cours d'eau abiment les biotopes de cette tortue.

- La modification et la destruction des zones humides.

- Les incendies.

- Elle souffre également de la concurrence et présence invasive de Trachemys scripta elegans ou tortue de Floride et de Chelydra serpentina ou tortue hargneuse, toutes deux introduites dans le milieu par des relâchés sauvages.

Cette tortue est sur la liste rouge mondiale de l'UICN (2008). En annexe II de la Convention de Berne. En annexe II de la Directive Européenne "Habitat, Faune, Flore".

Sa détention nécessite le CDC.

 

                                                                            

Véronique pour
la Tortue Soleil

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

25.04 | 19:13

Si vous voulez une chance que la plante atteigne la 2ème paire de feuilles, je vous conseille de planter en dehors du parc Elles sont voraces LOL

...
25.04 | 19:06

Bon de commande envoyé sur votre email.
Cordialement

...
13.04 | 14:00

Bonjour,
j'ai une pélomédusa,le propriétaire n'en veut plus et je ne peux pas la garder. Ou serait-elle heureuse ?
j'habite le Var.
merci

...
09.04 | 13:48

bonjour petite question faut il planter directement dans l'intérieur du parc de ma tortue ou en exterieur ?

...
Vous aimez cette page